BESL | Informations scientifiques

L’apparition d’une nouvelle société dans le paysage scientifique belge, d’une société connotée s’intéressant au « lymphatique » soulève de fait quelques questions qui méritent réponse.

 

Une société… de Lymphologie ?!

De la même manière que la Cardiologie, la Neurologie ou l’Endocrinologie s’intéressent respectivement au système cardio-vasculaire, au système nerveux ou aux glandes endocrines, la Lymphologie représente celle des sciences médicales qui s’intéresse au système lymphatique.

Le Système Lymphatique ?

Il n’est pas inutile de rappeler que :

  • le Système Lymphatique (avec les lymphatiques initiaux) prend naissance dans tous les tissus du corps humain et représente de fait un des acteurs majeurs des équilibres tissulaires.
  • Les Vaisseaux Lymphatiques sont pour leur part –et à raison, nous semble-t-il- définis par certains auteurs anglais comme « The third circulation » (en français, nous pourrions dire, « Une troisième voie »). En cela, la Lymphologie avec la Lymphangiologie participe aussi à l’Angiologie au sens large du terme (le système circulatoire représenté par les artères et veines).
  • Sur ces vaisseaux se greffent toutefois des structures sans équivalents dans les autres systèmes, les ganglions lymphatiques. Vascularisés et connectés à la circulation systémique, chacun de ces ganglions a une fonction de « pompe » lymphatique (les liquides qui en sortent sont plus concentrés que ceux qui y entrent) et dans certains cas peuvent être le site de véritables connections-anastomoses directes des liquides lymphatiques vers le sang. Les ganglions lymphatiques sont aussi des structures « réticulo-endothéliales » et « lymphoïdes ». Les ganglions lymphatiques participent ainsi aux mécanismes d’épuration de l’organisme et aux phénomènes de défense immunitaire. Avec les autres organes « lymphoïdes » (la rate, la moelle osseuse, les plaques de Peyer,…), le système lymphatique avec ses ganglions participe alors à l’Immunologie et le rôle des ganglions dans les maladies infectieuses ou cancéreuses est peut-être mésestimé.

Le Système Lymphatique mérite donc tout l’intérêt de la communauté médicale et justifie la place de la Lymphologie en tant que spécialité propre.

Le « Système Lymphatique » aujourdhuy…

L’anatomie du système lymphatique est certes depuis longtemps « connue » mais souvent de manière superficielle et principalement des chirurgiens oncologues. Son implication dans les équilibres tissulaires interstitiels est depuis longtemps connue mais la loi même de Starling qui en est l’expression la plus connue a été ces dernières années quelque peu amendée.

De fait, si l’on excepte les pathologies cancéreuses primaires du système lymphatique (lymphomes hodgkiniens et non hodgkiniens) qui rattachent la Lymphologie à l’Hématologie, celui-ci n’est autrement connu du corps médical et des patients qu’à travers ses implications diagnostiques (en termes de métastases au niveau des ganglions lymphatiques), pronostiques et thérapeutiques (chirurgicales principalement) en cas de cancers « solides » (du sein, du col de l’utérus, de la prostate, de la peau,…)….

En pratique, le Système Lymphatique n’est souvent « connu » du monde non médical que pour les complications de ces thérapeutiques, les « lymphoedèmes », plus familièrement connus sous les termes de « gros bras » ou « grosse-s jambe-s ». La Lymphologie, comme certains la présentent, ne se réduit toutefois pas à la lymph-oédemat-ologie, cette « science » qui met l’œdème (un symptôme) et sa palliation en avant. Ces lymphoedèmes secondaires devraient par ailleurs diminuer de plus en plus à l’avenir, même s’ils nécessiteront certainement encore des travaux de prévention et d’éducation.

La Lymphologie aujourd’hui, c’est aussi :

- la reconnaissance de ces patientes et patients qui présentent des pathologies lymphatiques primaires (lymphangiodysplasies et/ou lymphadénodysplasies),

- le développement de techniques permettant de plus facilement obtenir des images du système lymphatique mais en permettant aussi une approche et une analyse fonctionnelle,

- une recherche sur les thérapies ciblant ce système lymphatique,

- la découverte d’anomalies génétiques sous-jacentes à ces maladies,

- un retour de l’immunologie dans la prise en charge thérapeutique de nombreux cancers avec une réflexion qui s’impose par rapport aux ganglions lymphatiques et à leur rôle dans la réponse au développement de cancers,…

 

Une société… Belge ?!

Il y a maintenant presque 40 ans naissait en Belgique ce qui est devenu l’European Society of Lymhology et les nombreux lymphologues belges se retrouvaient à l’occasion des réunions scientifiques annuelles de cette société européenne. Le nombre de personnes intéressées à la Lymphologie augmentant en Belgique de même que l’évolution de nos sociétés ont amené les fondateurs à créer une société, notre société, qui réponde aux situations spécifiques à notre pays.   

Une société… scientifique !

La Société Belge de Lymphologie est une société scientifique sans but lucratif et travaillant notamment à l’amélioration des soins donnés aux patientes et patients souffrant de pathologies lymphatiques. Négligés par le monde médical, certains de ces malades ont été « récupérés » par des « groupes » ou écoles de « thérapeutes » aux pratiques parfois sans aucun fondement scientifique. Une telle situation n’est plus acceptable aujourd’hui. Le système lymphatique n’est plus la « boite noire » au contenu inconnaissable et ininvestiguable du passé. Il est l’objet de par le monde, en Europe et en Belgique, d’études et de travaux tant dans le domaine de la recherche fondamentale que de la recherche clinique.

Conclusions

C’est donc volontaires que tous les membres fondateurs ont initié cette société qui se veut réunir tous les acteurs impliqués dans les maladies du système lymphatique, médecins « généralistes » ou plus spécialisés, chirurgiens, oncologues, infectiologues, kinésithérapeutes,… à l’écoute et au service des patientes et patients.

 

Prof. P. Bourgeois, MD, PhD, BeSL Président