Je suis kinésithérapeute et je souhaite devenir membre de votre société

Allez dans « Devenir membre » et remplissez les questions

Je suis kinésithérapeute et j’ai une question précise pour un des membres de votre société

Allez dans « Contact » et vous y trouverez les adresses des membres de notre société

Si leurs adresses ne s’y trouvent pas encore, vous pouvez adresser votre message au Prof. Pierre Bourgeois ou à l’un de nos secrétaires généraux qui transmettra votre question

 

Les questions que vous pouvez vous poser… et de quelques débuts de réponses

"La Société Belge de Lymphologie et moi?"

  • Qu’est-ce que la société BeSL ?
  • Que peut m’apporter la BeSL ?
  • Comment devenir membre de la BeSL ?
  • « Je ne suis que kinésithérapeute » : comment puis-je être membre d’une société scientifique ?
  • En tant que membre de la BeSL, quels sont mes droits et devoirs ?

Questions "lymph-edemat-ologiques"...

  • Quels sont les moyens d’établir un diagnostic de lymphoedème, de diagnostiquer une insuffisance vasculaire lymphatique ?
  • Comment faire le suivi de mon patient  de la manière la plus efficace ?
  • Pourquoi faire des périmétries tous les 4 cm des deux membres à intervalles réguliers ? 
  • Comment traiter un patient avec lymphœdème de manière optimale ?
  • Quels sont les traitements recommandés ?
  • Comment rester informé des avancées scientifiques en matière de diagnostic et de traitement du lymphœdème ?

 

 

  • Qu’est-ce que la société BeSL ?

La Société Belge de Lymphologie est une Association Sans But Lucratif réunissant des médecins et des non médecins, « fondamentalistes », « généralistes » (« diagnosticiens ») et « thérapeutes » (dont des physiothérapeutes ou kinésithérapeutes), qui ont fait du système lymphatique et de ses pathologies leur « spécialité ».

La Société Belge de Lymphologie est une Société scientifique. Son approche du système lymphatique et de ses pathologies est basée sur les données factuelles, leurs analyses rigoureuses et leurs discussions multi-disciplinaires (sans esprit « partisan » …). C’est ce dernier point qui en fait notamment la valeur et la « richesse ».

  • Que peut m’apporter BeSL ?

Les réponses sont multiples et dans le désordre:

  • En participant à ses réunions, être tenu au courant de l’évolution des données scientifiques
  • Faire partie d’un réseau de personnes à qui l’on peut s’adresser quand on rencontre un problème particulier
  • Être participant à des réunions d’échange d’expériences
  • Se faire entendre et trouver un lieu d’écoute
  • La découverte de nouvelles données ou de données non apprises, non enseignées

En vous écoutant, nous apporterons de nouvelles réponses…

  • Comment devenir membre de la BeSL ?

Devenir « membre » est simple : il « suffit » de poser sa candidature (et le Trésorier de la Société vous précise-rait… d’en payer la cotisation).

  • « Je ne suis que kinésithérapeute » : comment puis-je être membre d’une société scientifique ?

La BeSL est certes une société scientifique. Cela signifie notamment qu’elle « distingue » parmi ses membres ceux qui font dans leurs activités preuve d’une démarche scientifique. Pour un kinésithérapeute, cela signifie et il peut être suffisant (aux yeux du Président de la BeSL qui écrit cette réponse) qu’il ait dans son approche de ses malades une attitude systématique et rigoureuse, qu’il garde une attitude critique p/r à ce qu’il-elle fait, qu’il-elle se pose des questions p/r à ses malades, à ses résultats, qu’il-elle garde des dossiers de ses malades et des résultats, que ses résultats soient complets,…

Etre « membre », c’est se manifester vis à vis de ses pairs en participant à nos réunions, à nos discussions et en y présentant ses observations ou/et résultats.

Quelques exemples de ce qu’un « simple » kinésithérapeute ou un groupe de kinésithérapeutes « de terrain » peut faire-présenter :

  • Vous avez en charge un-e patient-e avec une pathologie rare : cela est présentable !
  • Vous avez une « famille » avec des lymphoedèmes : cela est présentable !
  • Vous avez un cas problématique : cela est présentable !
  • Vous avez un « cabinet » avec des résultats : cela est présentable !

Cette liste n’est pas exhaustive et si vous êtes intéressé à présenter ainsi votre travail ou une observation, vous pouvez vous adresser à l’un de nos membres pour vous aider dans cette présentation et sa préparation. Essayez ! Vous serez écoutés !

  • En tant que membre de la BeSL, quels sont mes droits et devoirs ?

Vos « devoirs » comme membre sont celles de tout individu faisant partie d’une « société » (quelle qu’elle soit et notamment scientifique), soit d’y être actif (dans la mesure de vos moyens) et d’y participer.

Vos « droits » comme membre sont de même celles de tout individu faisant partie d’une « société », soit d’y pouvoir être entendu, de s’y manifester, d’y participer aux décisions. La BeSL est toutefois une société scientifique et certains « droits » sont réservés aux membres ayant fait preuve d’un esprit scientifique… Voir question précédente !

 

  • Quels sont les moyens d’établir un diagnostic de lymphoedème, de diagnostiquer une insuffisance vasculaire lymphatique ?

Les plus simples et le début de tout ? L’interrogatoire du patient et son examen clinique…

Le diagnostic d’une insuffisance vasculaire lymphatique passe souvent ensuite par l’exclusion des autres causes d’œdème par les moyens diagnostiques adéquats : une prise de sang (pour exclure un problème rénal, d’hypo-protéinémie, un trouble endocrinien, une pathologie systémique ou inflammatoire,…), un écho-doppler veineux, un bilan cardiaque, une scintigraphie osseuse (pour exclure une pathologie ostéo-articulaire sous-jacente,…), un scanner (pour exclure un problème compressif,…),…

Trois examens permettent actuellement de mettre au point un lymphoedème, d’établir et d’évaluer la situation lymphatique sous-jacente à un œdème :

  • L’investigation scintigraphique du système lymphatique (superficiel ou profond), plus généralement connue sous le terme de « lymphoscintigraphie ». C’est l’examen « officiellement » recommandé qui fournit le plus d’informations utiles quand réalisé de manières optimales et entre des mains expérimentées.
  • L’imagerie en fluorescence infra-rouge des vaisseaux lymphatiques après injection sous-cutanée ou intra-dermique d’Indo-Cyanine Green (ou ICG), aussi appelée « lympho-fluoroscopie ». La technique et ses limites sont détaillées en page d’accueil (voir : )
  • Enfin, l’imagerie par Résonance Magnétique Nucléaire se révèle utile pour les chirurgiens ou dans certains cas particuliers (notamment diagnostic de pathologie du canal thoracique).

Tous ces examens relèvent de la prescription médicale et doivent être prestés-réalisés par des médecins spécialistes en ceux-ci.

 

  • Comment faire le suivi de mon patient de la manière la plus efficace?

L’examen recommandé le plus simple et à la portée de tout le monde est pour nous… l’utilisation d’un mètre ruban et la prise de mesures périmétriques régulières permettant d’évaluer l’évolution de l’œdème au cours du temps (voir question suivante : gardez ces mesures sur papier ou dans un fichier excell).

Lymphoscintigraphie et, éventuellement, lympho-fluoroscopie et RMN peuvent être utiles et intéressants à réaliser dans le suivi et en fonction de la clinique.

 

  • Pourquoi faire des périmétries tous les 4 cm des deux membres à intervalles réguliers ? 

Tous les 4 cm ? Pour gagner en précision dans l’évaluation de l’évolution de l’œdème (en tous cas, être plus précis que si vous ne prenez des périmétries qu’à quelques niveaux…)

Tous les 4 cm ? Parce qu’en appliquant une formule simple, vous pouvez passer d’une somme de périmétries à une estimation du volume du membre, ce qui peut être plus « parlant » pour votre malade

Des deux membres ? Parce qu’en répétant vos mesures sur le membre « sain », vous évaluez vous-même la « reproductibilité » de vos mesures et vous savez ainsi à travers vos variations de mesures sur le membre sain quel est le gain « vrai » de vos traitements sur le membre oedématié

Des deux membres ? Parce que votre malade peut prendre ou perdre du poids et que cette variation de poids peut être constatée sur l’augmentation ou la diminution des mesures sur le membre sain

Des deux membres ? Parce que certains ont rapporté des variations, des diminutions des mesures du membre sain suite à certains traitements (à confirmer !)

A intervalles réguliers ? Pour suivre l’évolution de l’œdème, en comprendre la réponse à votre traitement, saisir le moment où vous avez atteint le résultat optimal (le « plateau »), voir quand il est temps de reprendre un traitement plus intensif, voir quand un œdème ne « répond » plus,... 

Vous avez Excell sur votre PC ? Vous pouvez nous demander un fichier type dans lequel vous n’aurez plus qu’à introduire vos mesures de périmétries !

 

  • Comment traiter un patient avec lymphœdème de manière optimale ?

Le traitement optimal d’un patient avec lymphoedème doit être global. Global dans le sens où les co-morbidités aggravant un lymphoedème doivent être identifiées et traitées.

Pour le kinésithérapeute, le traitement ne nous semble pouvoir devenir optimal que sur base d’une connaissance précise de situation anatomique et fonctionnelle du système lymphatique du membre oedématié.

 

  • Comment rester informé des avancées scientifiques en matière de diagnostic et de traitement du lymphœdème ?

En lisant, en suivant des formations continuées… et en participant à nos réunions.